Mise en avant

Dynamiques culturelles et transformation des paysages dans un continent en mutation : du Big Dry à l’Holocène dans l’Est africain

25-28 septembre 2019

Toulouse

Une séance spécialisée de la Société préhistorique française

Université Toulouse Jean Jaurès

Nous sommes heureux de vous annoncer la tenue de la prochaine Séance ouverte de la Société Préhistorique française Dynamiques culturelles et Transformation des paysages dans un continent en mutation : Du Big Dry à l’Holocène dans l’Est africain.

Cette rencontre, qui sera également l’occasion de rendre hommage au Professeur Xavier Gutherz, se tiendra du 25 au 28 septembre prochain à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès.

Les deux premiers jours du colloque seront consacrés à la présentation de travaux conduits actuellement dans les Vallées du Nil et du Rift. Les deux jours suivants seront consacrés à celle de synthèses régionales permettant d’embrasser la thématique du colloque à l’échelle du continent africain. Pour ces synthèses, nous aurons le plaisir de compter parmi nous plusieurs des meilleurs spécialistes des différents espaces concernés.

Pour de plus amples informations (programme, résumé, etc…) :

http://www.prehistoire.org/offres/gestion/actus_515_34935-632/dynamiques-culturelles-et-transformation-des-paysages-dans-un-continent-en-mutation-du-big-dry-a-l-holocene-dans-l-est-africain.html

Très important : l’entrée aux Séances ouvertes de la Société Préhistorique française est libre d’accès, il n’y a pas de frais d’inscription, mais il est impératif de vous inscrire sur cette page pour une organisation optimale ! Merci

http://w3.colloquescprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique124&lang=fr

Au plaisir de vous retrouver à Toulouse !

Le comité d’organisation : Jessie Cauliez, François Bon, Laurent Bruxelles, Isabelle Crevecoeur, Lamya Khalidi, Joséphine Lesur, David Pleurdeau, Chantal Tribolo

Mise en avant

AssEmCa Association Émilie Campmas

AssEmCa est une association de loi 1901 créée au nom de notre collègue et amie Émilie Campmas, qui nous a quittés le 8 mars dernier.
Cette association a une forte composante scientifique centrée sur les problématiques de recherche d’Émilie (archéozoologie, malacologie, adaptation au milieu côtier, notamment en Afrique du Nord).
Vous trouverez plus de détails sur le site de l’association:

Publier dans les BMSAP

BMSAP_logo

La plus ancienne revue en anthropologie biologique au monde

Les Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (BMSAP) ont été créés en même temps que la Société d’Anthropologie de Paris (SAP), en 1859. Ils couvrent, de manière pluridisciplinaire, les divers champs de l’anthropologie, aux frontières du biologique et du culturel.

La revue publie 2 numéros par an (1-2 ; 3-4), dont certains thématiques (ex. Les 150 ans de Cro-Magnon, 2018), un supplément pour le programme et les résumés du congrès annuel de la SAP (janvier) ; elle est soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS. Les articles, notes et comptes rendus peuvent être soumis en anglais ou en français. D’autres informations sont présentées comme les notices nécrologiques, la liste annuelle des thèses et HDR ou des notes techniques. La revue se compose d’un comité de rédaction (membres de la SAP) et d’un comité de lecture international (Europe, Amérique du Nord).

Pour soumettre son article : redacchef@sapweb.fr (instructions aux auteurs sur https://bmsap.revuesonline.com/)

Les BMSAP sont en ligne sur les sites suivants :

de 1859 à1999 http://www.persee.fr/collection/bmsap ; de 2000 à 2010 https://bmsap.revues.org/ ; de 2010 à 2017 https://link.springer.com/journal/13219 ; de 2016 à maintenant https://bmsap.revuesonline.com/

Les articles publiés dans E-first peuvent être cités par leur DOI.

10e Rencontre des Quaternaristes Marocains

La 10e Rencontre des Quaternaristes Marocains se tiendra à l’Université Ibn Tofail de Kénitra. Cette Rencontre organisée tous les deux ans, rassemble les Préhistoriens et les Quaternaristes naturalistes œuvrant sur les interactions entre les environnements, les climats, les communautés biologiques et les populations humaines au Quaternaire.
À cette occasion, le Laboratoire de Géosciences des Ressources Naturelles (GeNaR) de la Faculté des Sciences de Kénitra et l’Association Marocaine pour l’Etude du Quaternaire (AMEQ) ont le grand plaisir de co-organiser cette grande manifestation scientifique.

Le 19-21 Novembre 2019,  Sous le thème:«Géologie et Patrimoine Quaternaire au service du Développement Durable»

Plus d’informations et inscriptions : http://rqm10-kenitra.ma/

Bourse de recherche de moyenne durée – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC)

Medium term research grant – Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC)

Résumé

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) lance un appel à candidtaures pour une bourse de recherche de moyenne durée (1 à 3 mois) en sciences humaines et sociales d’un montant de la bourse 915 euros/mois.

Annonce

Présentation

Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) – TUNIS

Avec le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France en Algérie

Bourses de Recherche de moyenne durée (1 à 3 mois) en 2019

Montant de la bourse 915 euros/mois

Conditions

  • Inscription obligatoire en thèse de doctorat et dans une formation doctorale.
  • Disciplines privilégiées : Sciences humaines et sociales uniquement (histoire, sociologie, anthropologie, géographie, philosophie, psychologie…), science politique, droit, économie.
  • Période : monde contemporain (du XIXe à nos jours).
  • Le sujet de recherche doit être impérativement sur l’Algérie.
  • Terrain à effectuer au plus tard le 30 septembre 2019.

Modalités de candidature

Pièces obligatoires du dossier de candidature :

  • Lettre de motivation qui doit entre autres expliciter les raisons pour lesquelles la bourse est nécessaire.
  • Problématique et méthodologie de projet de thèse (5 pages maximum).
  • Un CV détaillé.
  • Une lettre du directeur de thèse certifiant les aptitudes de l’étudiant et son inscription en thèse.
  • Photocopie d’inscription dans une université.
  • La fiche jointe dûment remplie.
  • Les dossiers doivent être rédigés en français.

Les dossiers complets doivent être transmis à l’attention de

Avant le 15 février 2019.

Les dossiers seront soumis à l’évaluation d’un comité de sélection

Les résultats seront communiqués au plus tard le 15 mars 2019

Fichiers attachés

Contacts

Saint-Trivier/Chabet el Houidga (Mascara, Algérie) : nouvel éclairage sur un faciès méconnu du début de l’Holocène

DACHY Tiphaine, GUÉRET Colas, CAMPMAS Émilie, SIMONNET Robert, BON François, PERRIN Thomas (2018) ‒ Saint-Trivier/Chabet el Houidga (Mascara, Algérie) : nouvel éclairage sur un faciès méconnu du début de l’Holocène : le Columnatien, Bulletin de la Société préhistorique française, 115, 2, p. 215‑251.

Résumé : C’est à la fin des années 1950, durant la guerre d’indépendance algérienne, que Georges Simonnet entreprit plusieurs sondages, sous forme de tranchées, sur le gisement de Saint-Trivier, à Mascara (Algérie). Le site se présente sous la forme d’une accumulation de vestiges d’occupations préhistoriques plus ou moins cendreux et de niveaux coquillers, en bordure d’un ravin abrupt l’ayant partiellement entaillé. Les sondages réalisés ont livré de nombreux vestiges de silex taillés, d’ossements animaux et de gastéropodes, ainsi que plusieurs aménagements, fosses et foyers. Issues d’une zone géographique à l’écart de l’essentiel des gisements algériens connus pour le début de l’Holocène, ces données s’avèrent particulièrement précieuses. La restitution du déroulé des opérations de terrain, des choix méthodologiques et l’examen des documents photographiques permettent de replacer les vestiges archéologiques au sein d’une stratigraphie de plus d’un mètre, scandée de plusieurs occupations distinctes. Adossée à plusieurs datations radiocarbone, l’analyse de l’évolution des industries lithiques et osseuses suggère que l’occupation principale se rapporte à un faciès particulier de l’Épipaléolithique méditerranéen d’Afrique du Nord : le Columnatien. Individualisé dans les années 1970, celui-ci n’était pour l’heure documenté que par deux gisements : Columnata et le site du Cubitus. Ces nouvelles données permettent d’apporter un éclairage inédit sur ce faciès particulier, daté du 8e millénaire avant notre ère, en Algérie occidentale.

Mots-clés : Columnatien, Ibéromaurusien, Épipaléolithique méditerranéen, Élassolithique, Algérie, industrie lithique, tracéologie, malacologie, datations radiocarbone, modélisation bayésienne, stratigraphie.

Abstract: At the end of the 1950s, during the Algerian War of Independence, Georges Simonnet, a french military officer and archaeologist, excavated several test pits at the site of Saint-Trivier, at Mascara (Algeria). The site was discovered accidentally during the development of a military camp. It consists of an accumulation of remains of more or less ashy prehistoric occupations and shell levels, located at the edge of a steep ravine that partially carves into it. Three main trenches were dug out by G. Simonnet, resulting in the discovery of abundant knapped flints, vertebrate remains and mollusc shells, as well as several pits and hearths.

This site is located in a geographic zone away from most of the early Holocene Algerian sites, and therefore the data are particularly valuable. After the war, the excavator returned to France with his collection, and the latter was left in the family cellar for several decades, before being temporarily handed over to the TRACES laboratory of Toulouse. A first examination of a sample of these remains was carried out as part of the collective programme funded by the IDEX Toulouse project ?€?MeNeMOIA – Du Mésolithique au Néolithique en Méditerranée occidentale : l’impact africain – From the Mesolithic to the Neolithic in the Western Mediterranean: the African impact?€?.

In an initial phase, the examination of the photographs, the slides, the test-pits plans, the two section drawings and rare written notes enabled us to roughly reproduce the field operations. Rigorous methods were applied to the excavations and the sediment was finely sieved. The archaeological remains, mainly made up of flint, bone and shells, were practically all stored in small boxes indicating the excavation units they came from. Based on these data, we could propose a spatial distribution of the diverse categories of remains for each excavation unit. In this way, two, and in some places three large levels of accumulations were identified in a stratigraphy with a thickness of about one metre. They are demarcated by what the excavator referred to as ?€?paving?€?; sub-horizontal piles of (seemingly unburnt) rough blocks. The identification of several clearly different levels, as regards the sediments and the density of the remains, points to the presence of several successive occupations under a superficial reworked level (layer 1).

The examination of the remains confirms this impression. The knapped lithic industry was studied over a test area of one square metre. It was mainly made on small flint pebbles, and shows a clear evolution in the operative debitage schemes and the typological range of tools. In this way, we can distinguish the first occupations at the very base of layer 6, characterized by a debitage oriented towards the production of arched backed bladelets with truncated bases. Above this, a second occupation phase (upper part of layer 6) is rich in trapezes or isosceles triangles, as well as in sharp bladelets with straight retouched backs and retouched bases, which are also present at the base of layer 5. However, this latter layer differs in that it contains a higher number of backed bladelet fragments and microburins. The following levels, from layer 5 to the lower half of the paving of layer 3, make up a coherent complex. They contain more or less elongated scalene triangles, sharp bladelets with rectilinear backs and rounded bases and blades with partially backed edges. Microburins, backed bladelet fragments and bladelets with arched retouched backs are still numerous. Above this complex (the upper half of the paving of layer 3 and layer 2), the levels are very different and are characterized in particular by bladelets with arched tips. Segments of circles are present in all the layers. They comprise hyper-microlithic specimens but also large objects with traces of impacts showing that they were used as cutting armatures. In addition, the taphonomic conditions allowed for the preservation of the original functional marks on blades, resulting in particular from plant working.

The bone industry is represented by pointed tools and tranchets with oblique bevels, although the latter are only present in the main occupation (layers 3 and 4).

Among numerous vertebrate remains, the few that have been identified for now include gazelle, Barbary sheep and hartebeest. The continental malacofauna is abundant and contains various species. A few marine mollusc shells are also present, including at least one shell probably used as an ornament.

Several radiocarbon dates were carried out, mainly on bone apatite, as collagen was not preserved. The Bayesian modelling of the results obtained in the stratigraphic sequence places the first occupations towards 11 ky BC cal., whereas the central occupations date to the second half of the 8th millennium cal. BC. The age of the upper levels is less clear; they probably date to the 6th millennium cal. BC.

In the context of our knowledge of the recent prehistory of North Africa, these diverse observations suggest that the lowest occupations, which have not yet been extensively studied in detail, are probably related to a final Iberomaurusian complex. The main occupations can be compared to a specific Mediterranean Epipalaeolithic facies in North Africa; the Columnatian. This was identified in the 1970s, and up until now has only been recorded at two sites, Columnata and le Cubitus. These new data thus provide an unprecedented insight into this particular complex, dating from the 8th millennium cal. BC, in Western Algeria.

Keywords: Columnatian, Iberomaurusian, Mediterranean Elassolithic, Algeria, lithic industries, use wear analysis, malacology, radiocarbon dates, Bayesian models, stratigraphy.

Journée scientifique Nanterre 15 février 2019

La circulation des populations au Maghreb et dans les îles méditerranéennes et atlantiques au cours de l’Holocène
Les apports biologiques et culturels

Journée scientifique organisée par Iddir Amara (Université Alger II), Djillali Hadjouis (Archéologie Val-de-Marne, UMR 5288 AMIS), Thomas Perrin (CNRS – UMR 5608 TRACES) et  Isabelle Sidéra (CNRS – UMR 7055 PRETECH)
Nanterre – 15 février 2019 – 9h00/19 heures
Maison Archéologie et Ethnologie, René Ginouvès, salle du conseil

Le programme est disponible ici, et le livret des résumés là.

Programme :

9h30 :  Accueil des participants
Introduction
Hommage à Sophie YAHIA-ACHECHE

10h30
Djillali Hadjouis (Archéologie Val-de-Marne, UMR 5288 – Toulouse) : Mouvements de populations holocènes dans le Maghreb occidental et dans les Îles Canaries
11h00
Gwenaëlle Goude (CNRS LAMPEA UMR 7269, Aix-en-Provence) : Le statut de la femme dans les premières sociétés agrospatorales : bioanthropologie, alimentation, mobilité, rôle économique et social. Présentation d’un axe de recherche et discussion sur la relation Europe/Afrique du Nord
11h30 — Pause
12h00
Alejandra Calderón Ordóñez (Chercheure associée au groupe de recherche
« Bioantropología », Rosa Fregel – Professeure de Biologie à l’universidad de La Laguna), Jared Carballo Pérez (Chercheur prédoctoral à l’universidad de La Laguna), Elías Sánchez (Chercheur prédoctoral à l’universidad de La Laguna), Matilde Arnay (Professeur de Préhistoire à l’Universidad de La Laguna) : La génétique comme reflet des processus d’adaptation et changement des sociétés aborigènes canariennes face aux différents environnements insulaires
12h30
Jared Carballo Pérez (Chercheur prédoctoral à l’universidad de La
Laguna), Elías Sánchez (Chercheur prédoctoral à l’universidad de La Laguna), Alejandra Calderón Ordóñez (Chercheure associée au groupe de recherche « Bioantropología »), Rosa Fregel (Professeure de Biologie à l’universidad de La Laguna), Matilde Arnay (Professeur de Préhistoire à l’Universidad de La Laguna) : La vie après l’isolement : l’adaptation bioculturelle des populations aborigènes des Canaries
13h — Pause déjeuner

14h00
Khaddouj L. Benlamine (Laboratoire des Géo-Ressources et Environnement, Faculté des Sciences et Technique, USMBA, Fès), Mohammed Benabdelhadi (Laboratoire des Géo-Ressources et Environnement, Faculté des Sciences et Technique, USMBA, Fès), Lahcen Gourari (Faculté des Sciences Dhar El Mahraz, USMBA, Fès), Aicha Oujaa (Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat) : Étude du monument funéraire mbii (moyen Atlas, Maroc)
14h30
Hayette Berkani tPost-doc LAMPEA UMR 7269, Aix-Marseille Université) :
Mouvement des populations de la Tassili du Fadnoun (Tassili Azger, Sahara central, Algérie) : première lecture à partir de l’art rupestre
15h00
Daniela Zampetti (Professeur à l’université La Sapienza, Italie) : La mobilité des bergers et des artisans au Sahara central pendant l’Holocène : art rupestre, transhumance et nomadisme
15h30 — Pause
16h00
Emmanuelle Stoetzel (HNHP, UMR 7194, Paris, Tarek Oueslati – HALMA UMR 8164 Lille) : Les micromammifères indicateurs de changements climatiques et de mobilité humaine à l’Holocène en Afrique du Nord
16h30
Iddir Amara (Professeur à l’institut d’archéologie, université Alger II, UMR 7055), Lehachemi Mohamed Tahar (Doctorant à l’institut d’archéologie, université Alger II), Yasmina Damouche (Doctorante à l’institut d’archéologie, université Alger II), Djouher Oubraham (Institut d’archéologie, université Alger II) : Chasseurs-pasteurs dans l’Atlas saharien durant l’Holocène : entre adoration et élevage de l’Ovis longipes ?
17h — Discussion générale, projets


XVIIIe Congrès UISPP

Session XXIII-1. Paleoenvironmental, Behavioural Variability, Cultural Transitions and Dispersals during the Pleistocene and the Holocene in North West Africa

Tiphaine DACHY, Colas GUÉRET, Thomas PERRIN. Variabilité des expressions techniques et culturelles en Afrique du Nord au début de l’Holocène (10e-7e millénaire cal. BC)

De la vallée du Nil jusqu’au Maghreb, les expression techniques et culturelles des dernières populations de chasseur-cueilleurs du début de l’Holocène (10e-7e millénaire cal. BC) ont été rassemblées sous l’appellation « Épipaléolithique d’Afrique du Nord ». Ces populations réparties sur un vaste territoire partagent des traditions technologiques communes particulièrement sensibles du point de vue des industries lithiques. Toutefois, un examen plus approfondi révèle que derrière un vocabulaire partagé s’expriment de fortes variabilités dans les choix techniques. Cette diversité pourrait refléter des dynamiques socio-culturelles passées. En Algérie, différentes expressions culturelles – Capsien, Columnatien, Kérémien, Kristélien, Élassolithique- ont ainsi été reconnues au cours du XXe siècle, leur positionnement chronologique et les relations qu’elles entretiennent entre elles restant toutefois relativement obscurs. L’étude récente des séries algériennes anciennement collectées provenant du site archéologique de Saint-Trivier et de plusieurs gisements de la région d’Oum el-Bouaghi dans le cadre du projet collectif MeNeMOIA vient renouveler la connaissance des faciès anciens de l’Holocène maghrébin. Les premiers résultats de ces recherches ouvrent une fenêtre sur la diversité régionale et l’extension géographique jusque là insoupçonnée des phases les plus anciennes du Capsien en Algérie orientale. Dans l’ouest du pays, l’« Épipaléolithique méditerranéen » s’enrichit d’une nouvelle occurrence du faciès columnatien. Le travail de ré-évaluation actuel comprend la réalisation de nouvelles datations radiocarbones qui permettent de replacer les collections étudiées en chronologie absolue. La comparaison des différentes traditions évoluant en synchronie permet ainsi d’aborder la question des aires d’influences techniques et culturelles anciennes potentiellement corrélées aux écorégions.

XVIIIe Congrès UISPP

Session XIX-1 : Holocene environmental and cultural variability in the Western Mediterranean

Thomas PERRIN, Tiphaine DACHY, Colas GUÉRET et coll. From the Mesolithic to the Neolithic in the western Mediterranean basin: the African impact

Between the 8th and 5th millennia BC, the human societies of the Western Mediterranean underwent several major changes. The first occurred during the seventh millennium with the appearance of the ‘Second Mesolithic’. It can be seen mainly in the material productions of these populations, in particular their stone tool industries, by a fundamental change of production, operating sequences and technical procedures. Deeper changes in the social organization of these societies are also perceptible, in particular through changes in rites and funeral practices. The precise origin of these changes escapes us at present, but they seem to occur initially in North Africa before spreading rapidly along the Mediterranean shores and reaching Western Europe. A second major upheaval took place a few centuries later, with the appearance of the Neolithic. In this extensive process, the southern shores of the Mediterranean should not be ignored. Recent data suggest that, during the 6th millennium before our era, human communities practicing hunting and gathering and having acquired the ceramic technology, occupied parts of the Maghreb. Interactions with spheres of the Impresso/Cardial complex occurred in southern Italy and, at the other end, southern Spain. This seems to be indicated by some characters of the technical systems of the first Neolithic communities of Andalusia. These hypotheses should be tested by close examination of timelines and technical systems. If confirmed, they may offer a possible alternative to strictly European scenarios.

In 2016-2017, the international research program MeNeMOIA, funded by the IDEX of Toulouse, has therefore sought to provide new elements of response to these questions. Several important and unpublished series from Algeria have been studied, particularly from the point of view of lithic industries (technology, typology, use wear analysis). The chronological framework has also been radically renewed with more than 40 new radiocarbon measurements.

This communication will attempt to present in more detail the aims and objectives of this program, its general progress, the main results that we have been able to achieve, and especially the new lines of research and perspectives.

 

XVIIIe Congrès UISPP

Session XXII-1 : North African and Saharan Archaeology Recovering From the Turmoil

Tiphaine DACHY, Colas GUÉRET, Émilie CAMPMAS, Thomas PERRIN. New data from a forgotten excavation: the early Holocene transition at Saint-Trivier/Chabet el Houidga (Mascara, Algeria)

At the end of the 1950s, during the Algerian War of Independence, Georges Simonnet – a lieutenant in the french army and archaeologist- excavated several test pits at the site of Saint-Trivier (Mascara, Algeria). The site consists of an accumulation of remains of more or less ashy prehistoric occupations and shell levels, located at the edge of a steep ravine that partially carves into it. Three main trenches were excavated with rigorous methods, resulting in the discovery of abundant knapped flints, animal bones and gastropods, as well as several pits and hearths and stone blocks levels. This site is located in a geographic zone away from most of the early Holocene Algerian sites, and therefore the data collected here are particularly invaluable. After the war, the excavator returned to France with his collection, and the latter was left in the family cellar for several decades, before being temporarily handed over to the TRACES laboratory of Toulouse. The examination of photographs, slides, section drawings and written notes enabled us to reproduce the field operations and identify several occupations in a one meter thick stratigraphic sequence. The study of the lithic and bone industry shows a clear evolution in the operative debitage schemes and the typological range of tools. The lowest occupations are probably related to a final Iberomaurusian complex while the main levels can be pertinently compared to a poorly known specific Mediterranean Epipalaeolithic facies in North Africa; the Columnatian. The Bayesian modelling of the radiocarbon dates on bone apatite obtained in the stratigraphic sequence places the first occupations towards 11 ky BC cal., whereas the central occupations date to the second half of the 8th millennium BC cal. These new data from an old excavation thus provide an unprecedented insight into the early Holocene transition in western Algeria.

 

Awrana 2018 – Association of Archaeological Wear and Residue Analysts

Oral presentation – May, 31st:

Colas GUÉRET, Bernard GASSIN, Tiphaine DACHY, Thomas PERRIN, Juan F. GIBAJA, David LUBELL. Understanding the emergence of the Upper Capsian in the 7th millennium: functional perspective on a major moment in the prehistory of Maghreb

In Algeria and Tunisia, at the beginning of the Holocene, the “Capsian” period is characterised by very large sites formed by the accumulation of ashes and land snails on several meters thick. Within them, the hunter-gatherer groups have rejected bones and lithic remains and dug burials showing remarkable funerary traditions. Although these deposits were the subject of numerous publications until the 1970s, research subsequently dried up. It was not until the 2000s that the Capsian benefited from a renewed interest and took advantage of the scientific advances of the last decades, thanks to several publications of reference. The Capsian was finally divided into two groups: the Typical Capsian (Xth-VIIth mill.), characterised by a laminar industry knapped with hammer stone and robust tools (backed knives and bladelets, burins and scrapers), followed by the Upper Capsian (7th-6th millennium), marked by the appearance of the pressure technique for bladelet knapping and by a renewed toolkit (trapezes, triangles and notched blades). At present, there is no consensus to explain the sudden emergence of this new technology: local invention, dissemination of ideas or arrival of new populations have all been mentioned. As part of the MeNeMOIA program (from the Mesolithic to the Neolithic in the Western Mediterranean: the African impact, IDEX Toulouse), this technical break has been approached by lithic use-wear analysis for the first time. The first results, obtained at Kef Zoura D (Algeria), confirm the many differences between Typical and Upper Capsian, both in tools design and use. This communication proposes to cross these functional results with the data derived from the technology and the study of the raw materials in order to address the modalities of the emergence of the Upper Capsian and the socio-economic transformations that it implied.

 

Programme PHC Tassili 2019

Le partenariat Hubert Curien (PHC) Tassili est un programme de coopération algéro-français. Il apporte un soutien à des projets de recherche conjoints sur une durée de 3 ans. Le financement porte, notamment, sur la mobilité de jeunes doctorants algériens au sein de laboratoires français et la mobilité de chercheurs français et algériens entre la France et l’Algérie.

Plus d’infos : https://www.campusfrance.org/fr/tassili#Types

Deadline de soumission : 29 mai 2018

Journée scientifique Nanterre – 26 janvier 2018

Face aux changements climatiques du Pléistocène final à l’Holocène au Maghreb : permanences et changements du comportement des populations

Journée scientifique organisée par Iddir Amara (Université Alger II), Thomas Perrin (CNRS – UMR 5608 TRACES) et  Isabelle Sidéra (CNRS – UMR 7055 PRETECH)
Nanterre – 26 janvier 2018 – 9h30/19 heures
Maison Archéologie et Ethnologie, René Ginouvès, salle du conseil

Programme téléchargeable ici.

IRN-DECAPAN

Entre les 9e et 4e millénaires avant notre ère, les sociétés humaines du Bassin occidental de la Méditerranée connurent plusieurs évolutions majeures dans un environnement lui-même en profond bouleversement. Les modes de vie des derniers chasseurs évoluèrent en parallèle (et sans lien de causalité évident) avant que de céder place aux sociétés agropastorales à la fin de la période considérée. Longtemps tenue à l’écart des modèles généraux suite à des données souvent anciennes et de qualité discutable, l’Afrique du Nord connaît aujourd’hui un véritable regain d’intérêt qui se traduit par de nombreux travaux de terrain, doctorats, post-doctorats et projets collaboratifs internationaux. Tous ces travaux permettent de renouveler nos connaissances sur ces sociétés, mais également d’éclairer certains aspects des dynamiques culturelles à l’œuvre en Méditerranée occidentale à la transition Pléistocène / Holocène.

L’objectif de cet International Research Network (IRN) est donc d’optimiser les recherches sur cette thématique à l’échelle du bassin occidental de la Méditerranée par la diffusion d’informations et par des échanges entre les divers chercheurs : séminaires annuels, journées de travail sur les matériaux, tables rondes, participation à des colloques (et organisation), séjours de formation pour étudiants, etc. Conçu comme un moyen de construire des collaborations et d’amorcer des échanges, cet IRN permettra la constitution de programmes de plus grande envergure.

Ce programme rassemble des chercheurs de plusieurs pays : France, Algérie, Tunisie, Italie et Maroc pour les partenaires principaux (7 laboratoires) et de 14 laboratoires d’Algérie, Allemagne, Canada, Espagne, France, Maroc, Royaume-Uni, Tunisie et USA pour les partenaires associés. Ce carnet a pour objectif de matérialiser un lien entre tous ces chercheurs en partageant des informations sur les travaux en cours et en présentant toutes les activités de l’IRN (séminaires, colloques, missions, analyses, publication, etc.).