XVIIIe Congrès UISPP

Session XXIII-1. Paleoenvironmental, Behavioural Variability, Cultural Transitions and Dispersals during the Pleistocene and the Holocene in North West Africa

Tiphaine DACHY, Colas GUÉRET, Thomas PERRIN. Variabilité des expressions techniques et culturelles en Afrique du Nord au début de l’Holocène (10e-7e millénaire cal. BC)

De la vallée du Nil jusqu’au Maghreb, les expression techniques et culturelles des dernières populations de chasseur-cueilleurs du début de l’Holocène (10e-7e millénaire cal. BC) ont été rassemblées sous l’appellation « Épipaléolithique d’Afrique du Nord ». Ces populations réparties sur un vaste territoire partagent des traditions technologiques communes particulièrement sensibles du point de vue des industries lithiques. Toutefois, un examen plus approfondi révèle que derrière un vocabulaire partagé s’expriment de fortes variabilités dans les choix techniques. Cette diversité pourrait refléter des dynamiques socio-culturelles passées. En Algérie, différentes expressions culturelles – Capsien, Columnatien, Kérémien, Kristélien, Élassolithique- ont ainsi été reconnues au cours du XXe siècle, leur positionnement chronologique et les relations qu’elles entretiennent entre elles restant toutefois relativement obscurs. L’étude récente des séries algériennes anciennement collectées provenant du site archéologique de Saint-Trivier et de plusieurs gisements de la région d’Oum el-Bouaghi dans le cadre du projet collectif MeNeMOIA vient renouveler la connaissance des faciès anciens de l’Holocène maghrébin. Les premiers résultats de ces recherches ouvrent une fenêtre sur la diversité régionale et l’extension géographique jusque là insoupçonnée des phases les plus anciennes du Capsien en Algérie orientale. Dans l’ouest du pays, l’« Épipaléolithique méditerranéen » s’enrichit d’une nouvelle occurrence du faciès columnatien. Le travail de ré-évaluation actuel comprend la réalisation de nouvelles datations radiocarbones qui permettent de replacer les collections étudiées en chronologie absolue. La comparaison des différentes traditions évoluant en synchronie permet ainsi d’aborder la question des aires d’influences techniques et culturelles anciennes potentiellement corrélées aux écorégions.